Lancement de l’enquête nationale sur les mortalités hivernales de colonies d’abeilles domestiques 2019-2020 (ENMHA)

Pour la troisième année consécutive, l’enquête sur les mortalités hivernales est renouvelée pour estimer les pertes de colonies d’abeilles telles qu’observées par les apiculteurs en sortie d’hivernage.

Cette enquête est mise en place par un groupe de travail constitué dans le cadre de la Plateforme nationale d’épidémio-surveillance en santé animale (Plateforme ESA) et qui rassemble l’Anses, la DGAl et l’ITSAP-Institut de l’abeille.

Depuis 2018, le questionnaire est diffusé par mail auprès de tous les apiculteurs ayant déclaré une ou plusieurs ruches l’année précédente et qui ont accepté d’être contactés par messagerie électronique. Les résultats sont disponibles en ligne sur le site de la Plateforme ESA à l’adresse : https://www.plateforme-esa.fr/page/derniers-bilans-et-resultats-de-la-thematique-enmha .

Pour cette année, le comité d’experts apicole du Cnopsav (comité stratégique national en matière sanitaire apicole) s’est prononcé favorablement sur la poursuite de l’enquête ainsi que sur l’ajout, comme suite à la demande d’organisations sanitaires, d’une partie concernant la gestion du Varroa. Le questionnaire comporte également une question relative à l’impact de la crise covid-19 sur le suivi sanitaire des colonies. Les organismes ADA France, FNOSAD, GDS France, le GNTSA et la SNGTV ont contribué à l’élaboration de ce questionnaire qui sera diffusé cet été.

Plaquette ENHMA 2019-2020

En tant qu'apiculteur, vous allez prochainement recevoir un mail vous invitant à répondre à l'enquête. N'hésitez pas à y répondre, quel que soit le niveau de pertes constatées sur votre exploitation à l'issue de l'hiver. Les résultats de l'enquête seront d'autant plus significatifs qu'une large proportion des apiculteurs y aura répondu.

Pour la troisième année consécutive, l’enquête sur les mortalités hivernales est renouvelée pour estimer les pertes de colonies d’abeilles telles qu’observées par les apiculteurs en sortie d’hivernage.

Depuis lundi 15/06/2020 17h30 nous voilà avec un rucher école à la pointe de la technologie
des objets connectés.
ruche conncte 20
L'installation du système Beescale a été faite sur le rucher de Marly.
Regroupement de 4 ruches, avec bien sûr, remise à niveau du socle.

ruche conncte 13 ruche conncte 10

Installation des trois balances dans les protections.

ruche conncte 6 ruche conncte 3 ruche conncte 5

Mise en place du récepteur/émetteur. Test du réseau. Installation des ruches sur les balances. Branchement des fils des balances au récepteur. Installation du capteur température et hygrométrie dans couvain de la 4ème ruche.

ruche conncte 4 ruche conncte 16 ruche conncte 19

Sur place nous avons pu vérifier que le serveur Beescale recevait bien les infos. Avec un téléphone
et une tablette.
OUI cela fonctionne.
Pour vous les apicuteurs/trices passionnés par vos ruchers voilà une autre façon de voir le travail des
abeilles.
Très bientôt sur le site vous pourez suivre les évolutions des ruches connectées.

La déclaration de ruches 2020 : du 1er septembre au 31 décembre 2020

Tout apiculteur est tenu de déclarer chaque année entre le 1er septembre et le 31 décembre les colonies d’abeilles dont il est propriétaire ou détenteur, en précisant notamment leur nombre d’une part et leurs emplacements d’autre part[1]. La déclaration est obligatoire dès la première colonie détenue.

Cette déclaration concourt à une meilleure connaissance du cheptel apicole français et participe à sa gestion sanitaire, notamment face à la menace que représente le parasite Aethina tumida. Elle permet également de mobiliser des aides européennes dans le cadre du Plan apicole européen permettant un soutien à la mise en œuvre d’actions en faveur de la filière apicole française.

La DGAL vous alerte sur une tentative d’hameçonnage qui viserait certains d’entre vous avec un document imitant le logo et l’entête d’une instruction de la DGAL. Cette fausse instruction technique datée du 3 juin 2020 vous demande de communiquer à une boite mail frauduleuse votre CNI ainsi que votre passeport.

Si vous avez reçu ce type de demande, vous ne devez en aucun cas y répondre. La DGAL ne vous demandera jamais ce type d’information que vous ne devez en aucun cas communiquer.

La Sous-directrice de la Santé et protection animales